Posted on

Ingodeme “Endless”

STRANGER AEONS (NL.), Webzine September 6th 2019 :
Meandering beats, laser sounds and a seemingly incongruent arsenal of sonic collage elements assault you. The odd whistle suddenly grips with intent, a repetition that creates an anchor point in the swamps of sound as the whole of the music starts throbbing forward. Slowly, but surely, this drags you into the sound as it becomes more and more hypnotic and part of your own bio-rhythm. I love how all the layers of sound come together. It’s endlessness captured in a good 18 minutes with two tracks, titled ‘Endless’ and ‘Endless 2’. I know nothing about the artist. I don’t know if I need to. But I know that this is an experience.
Guido

LES CROCS DU SCRIBE #25 (Fr.), webzine September 2019 :
Ingodeme is the solo project Ambient by Le K, alias Marc, alias Skrow from Imperial (Black/Thrash cult group from Martigues already interviewed by the Scribe)alias also the “boss” of the label. On the menu is music of great beauty spread over two long tracks (for a total of almost 20 minutes). As it has become the custom at Facthedral’s Hall we are dealing with a magnificent handmade mini-cd printed in 20 copies for less than 6 euros, by jove ! The music is bewitching, gripping, soaring, a real hallucinogenic trip that requires no products and frees you from a greyish daily life. In short, Ingodeme should be reimbursed by the health insurance company named after him! If you want to leave the mainland and let yourself get involved in the world, try “Endless”, it’s guaranteed. An Ambient realized with the Endless Tapes technique, a completely hypnotic continuous sound, like a Philip Glass who would have traded his piano for synthesizers. Beautiful! Beautiful!
Pierre Avril

Posted on

Synaxe “Quadran” / “Quadron”

LES CROCS DU SCRIBE #25 (Fr.), webzine September 2019 :
It is with a duology signed by Patrice Bal, artist of the Facthedral’s Hall label, that we begin these eclectic Crocs du Scribe, as usual. First “Quadran” a set of four electronic titles with electronica hues, Trip Hop. Synaxe is an invitation to a dreamlike journey in which the beat is discreet, leaving room for a very engaging atmosphere. Where “infrared” becomes hypnotic, “canines” is more disturbing, with these “blips” a little “glitchy” on the edges, and this rather bewitching arrhythmia. “Wall of Sound” takes us into darker and more ritual territories, between Dark Ambient and revisited world music. This “runoff” has little to do with capitalist theory. At least he’s authentic! Between Jean-Michel Jarre on acids and Kraftwerk who would drink tea with the Manson family, we are served! “Quadron” begins in a more meditative way with a “clammy autumn” soaring to perfection, not far from a Pink Floyd circa 1971 (still darker) while “Brume sur Mer d’huile” becomes more aggressive, with a heavier and more exciting Dark Ambient, epic at times. “Vielle a voix” pours into the experimental a little crazy (a little?) like Aphex Twin while the last track “Raz” brings out the deglingued beats to finish the adventure in beauty. A beautiful ensemble, which can be listened to either by separate EP or by linking them like an album. The “mini-cd” format is splendid and makes the object even more attractive, all this for 5.90 € per piece! DON’T!!! Ultra-limited print ! run!
Pierre Avril

Posted on

Markab Project “Exercices Dans la Mort”

LES CROCS DU SCRIBE #24 (Fr.), September 2009 :
Majestic Dark Ambient from a Black Metal great… Black Metal connoisseurs will inevitably bow to Napharion, from the cult group Aryos, one of the most spiritual BM’s leading groups built in French countries. Nevertheless, did you know that the same Napharion also has a solo project called Markab Project? Here there is no Black Metal but a Dark Ambient imbued with industrial music that generates a dark and meditative atmosphere at the same time. It is therefore the second Markab Project album we are talking about here, this “Exercises in Death” offering a much darker content than its predecessor “Music for chaomantic meditation” which gave us more to hear a music that was soaring and full of contrasting feelings. Here, death alone reigns, and it is embodied in all its gloomy splendour. Four titles on this theme for a journey through this famous tunnel that follows this miserable existence of ours. Hurry up and rush to this masterpiece of atmospheres, especially since the print run is ultra-limited! (as well as the price). You will take the opportunity to add other releases from this excellent and little-known southern label, Facthedral’s Hall, to your basket. Those who are looking for new sounds, new sensations, stop whining and go to the links below to let themselves be embarked on this beautiful adventure… before the end of the world….
Pierre Avril

Posted on

Archenterum “…ainsi fut Abîme”

DETOX ZINE (Po.), Fanzine, July 2020 :
Looking at the hanging, black and white cover of the debut album of the French ARCHENTERUM, I was sure I was dealing with some kind of orthodox, raw NSBM. “…ainsi fut Abîme” turned out to be a very well realized and modern (for me too modern of course) album. As for the music itself, which is not the easiest to listen to, I have really mixed feelings at the moment. In the opening “Silent” ARCHENTERUM I immediately associated myself with BEHEMOTH, which I don’t have the slightest sympathy for, the track itself can be considered decent despite some positive associations. In most of the tracks you can hear a combination of Death and Black Metal, which I really like in fast, blasted furious fragments, where the vocalist operates a classic death metal growl. Awesome fragments like in “Vortex of Death” where the riffs remind me of the madman from SADISTIK EXECUTION or “The Outsider”, show that the French can fuck up really well. Unfortunately, the rest of ARCHENTERUM’s music is over-combination and doesn’t appeal to me at all. All these slowdowns, unnecessary changes of pace, broken riffs like in “Brainwashed”, turning into black metal vocal… You can hear that the musicians know what the instruments are for, what can be heard in very good riffs and great solos, but what about how it’s all overgrown and doesn’t hold together. Typical excess of form over content. Worth mentioning here is a very good monumental composition “No Light”, which differs from the others in slow motion, where the keyboard background as well as the structure of the piece itself reminds me of IMAGO MORTIS. Of course, I’m annoyed by the too modern, sterile sound, but that’s another story… To sum up, we can hear that there is a huge potential in the band, only for now the gentlemen don’t really know how to use it and which way to go. Nevertheless, I don’t write down the band for losses and I’m waiting for some new recordings.
Pawel

SOIL CHRONICLES (Fr.), Webzine, Octobre 2019 :
“Dieu est une sorte de rien abyssal, et pourtant la vérité ne s’abîme pas dans cet abîme, ni ne s’écroule dans ce précipice.” Vladimir Jankélévitch. Ce qui enrichit ma passion pour la musique metal réside dans les innombrables découvertes que l’on peut faire dans ce milieu, y compris pour des groupes qui ont déjà de la bouteille et qui aurait dû (question de faux fatalisme) faire le bonheur de ma discothèque personnelle depuis longtemps. Surtout dans le domaine du black metal où, plus de doute désormais, la scène française domine de plus en plus les débats et s’impose comme l’une des meilleures qui soient. Alors, vous allez me dire avec ce préambule, quel groupe vais-je vous faire découvrir, ou redécouvrir, qui mérite ce constat pragmatique ? Il s’agit ni plus ni moins du groupe Archenterum. Eh oui ! Certains d’entre vous crieront au scandale de ne pas connaître Archenterum, d’autres seront comme deux ronds de flan à implorer le pardon à genoux, en disant « désolééééééééééééé ». Mais oui, je ne connaissais pas le groupe qui vient d’Avignon (pas loin de mon pays d’Ardèche en plus…) et qui officie en terres conquises depuis 1997. Oui, vingt-deux ans d’existence vous avez bien lu. Un groupe qui pèse dans la balance des groupes cultes ? Probablement. Mais ce qu’il faut savoir, un peu pour ma défense, c’est que le groupe aura mis tout ce temps pour sortir son premier album. Avant ? Des démos au nombre de quatre, un single et un album live qui date de 2015. Étrange parcours pour un groupe à la longévité aussi importante. Jamais été sous l’étendard d’un label, le groupe pourrait se targuer d’avoir conservé son indépendance et nous offrir un versant plus underground. En tout cas, j’avais écouté le CD avant d’effectuer mes recherches, maintenant que j’ai pêché ces informations, je suis d’autant plus impatient de vous parler de ce premier album donc ! Il revêt une importance plus capitale désormais. PS : je ne sais pas si le nom du groupe est lié directement à l’archentéron, qui est en fait l’intestin du fœtus qui communique à l’extérieur grâce au blatosphore, mais si c’est le cas, c’est un peu bizarre… Commençons par décrypter l’artwork de l’album qui, d’entrée de jeu, m’intrigue. C’est quand-même assez rare d’avoir un motif blanc avec quelques apports gris et noir, surtout pour le style de métal que j’imaginais. En tout cas, on devine que tout a été dessiné à la main hormis le logo du groupe avec le fil barbelé en bas. Beaucoup de références à la mort évidemment, avec des cadavres qui jonchent le sol, des squelettes, des corbeaux charognards qui se hissent sur des arbres morts ou volent au-dessus, et surtout un gibet de potence un peu en retrait. Je ne peux m’empêcher de penser que le titre de l’album « …Ainsi fut Abîme » est directement lié à l’artwork car ce paysage de désolation extrême pourrait être une représentation intéressante de l’abîme. D’autant que les deux routes qui se croisent semblent soit rejoindre un point de non-retour, soit proposer deux directions différentes pour quitter cet abîme. Bon, en tout cas, l’artwork est bien sympa. J’aime bien ce fond blanc qui claque un peu aux yeux et ces gravures noires et grises sont du plus bel effet. C’est très bien dessiné, franchement j’aime beaucoup ! Ce n’est sûrement pas pour rien que le mot « Abîme » est écrit en majuscule : je pense que le groupe a voulu personnifier une forme de violence ou de noirceur par ce prénom intriguant. J’espère que le contenu musical sera à la hauteur de ce sentiment extatique à l’égard du design. Good job les gars ! Avant d’attaquer le contenu musical justement, j’aimerais faire un petit aparté : quand j’ai étudié l’artwork, j’étais persuadé que j’aurais affaire à du black metal à l’ancienne, bien sale, enregistré dans les tréfonds d’une cave, peut-être sous un pont ou en dessous de la cité des papes ! Vous voyez le truc arriver ? Vous avez raison ! Je me suis retrouvé complètement pris de court dès le premier morceau. Car en fin de compte, si black il y a assurément, il est fortement (voir très fortement) teinté de death metal. Et ce n’est pas rien du tout quand on part avec cette certitude d’avoir du bon black old school et de se retrouver avec ce mélange. Donc, Archenterum propose un album black old school mais auquel on peut rajouter du death. Du black death old school, et surtout très bien exécuté ! Un autre point qui m’a surpris mais encore une fois dans un sens délectable : la durée des morceaux. N’excédant que rarement les quatre minutes, et les titres étant au nombre de dix, cela donne un album qui s’écoute facilement d’une traite. Cela fait plaisir d’avoir un groupe qui propose des chansons d’une longueur raisonnable pour que l’on puisse, le temps d’un trajet en voiture, ou simplement chez soi, en apprécier la beauté et la force. Le tout premier morceau dure par exemple deux minutes trente environ, les autres sont plus sur une moyenne de trois minutes trente. Donc, un autre bon point que je tiens à souligner : l’album s’écoute très facilement. La musique que nous propose Archenterum est à cheval entre la puissance de Marduk et la qualité technique de Triptykon, le son death metal en plus. Oui je sais, ça fait un peu large comme équilibre à trouver. Mais pour plusieurs raisons, j’ai reconnu des accointances directes avec ces deux groupes : d’abord dans les riffs, et cet élément-là est l’un des points les plus positifs de l’album ! Les riffs sont excellents. Accrocheurs, tantôt violents, tantôt un peu « épiques », mélancoliques aussi. On passe par toutes les phases possibles, et c’est ce qui rend ce CD richissime ! Le deuxième morceau « No Light » a une dimension solennelle et dramatique qui donne des frissons. Ou a contrario, « Vortex of Death » a une violence incroyable qui transpire par tous les pores de la Mort. Le seul morceau que je ne trouve pas très représentatif de l’album est finalement le tout premier. Trop court sûrement, trop violent peut-être, mais clairement pas à sa place. Pour une introduction d’album je ne le perçois pas dans ce rôle mais plus comme un interlude. Mais l’ensemble des riffs qui composent les morceaux de l’album sont a minima très bons, a maxima géniaux. J’adore, d’autant plus qu’il y a de légères incorporations de claviers en nappes de fond ou en mélodies qui rajoutent encore plus de puissance épique. Cette richesse de composition me fait plaisir et me procure beaucoup d’émotions. Le mastering aussi donne cette impression d’avoir un son death metal avec des forts accents black (ou l’inverse, c’est assez trompeur comme rendu final). Je pense qu’on est sur du mastering un peu « maison », mais qui n’est pas dénué de charme du tout. Certains auditeurs diront qu’il y a bien mieux à faire, et que le groupe a encore du boulot là-dessus. D’ordinaire, j’avoue être de ce bord-là d’ailleurs. Néanmoins, je n’ai pas trouvé cela très choquant, comme si ce mixage était volontaire ou avait été trouvé dans ce but bien précis de coller avec l’atmosphère des morceaux. En tout cas, j’ai beaucoup apprécié aussi le son de l’album, qui s’écoute tout aussi bien au casque, en voiture ou sur une bonne chaine hi-fi. Encore une bonne surprise ! Le chant est tout aussi surprenant, puisqu’il est à dominante death metal aussi mais avec cette teinture un peu à la Tom Warrior qui ne me laisse pas indifférent étant donné que j’adore ce mec. Avec parfois quelques modifications black metal certes, mais ce goût pour le growl me confirme bien que j’ai affaire à un album de death black. J’ai vraiment l’impression de me répéter, et je m’en excuse. Mais cette description rébarbative est due à mon sentiment authentique de surprise qui va m’animer tout au long de l’écoute ! Et le chant n’y déroge pas : je m’attendais à autre chose, de plus bestial ou plus terrifiant ! Comme si c’était le vent de cette fameuse vallée de la désolation sur la pochette qui soufflait un chant glacial ! Mais là, pas du tout. On est plutôt sur des relents profonds, bien haineux, mais pas froids. Plus violents en fin de compte. Et si Archenterum proposait un CD non pas de noirceur comme je le pensais, mais de violence ? De brutalité ? C’est cette question qui va me servir de conclusion car je vais essayer non pas d’avoir des certitudes absolues sur …Ainsi fut Abîme, mais bien une proposition de réponse. Oui, ce premier album d’Archenterum est bien un concentré de violence et de dramaturgie. Comme un champ de bataille du point de vue du seul survivant. Et ma grosse erreur, non rédhibitoire fort heureusement, fut de partir avec des idées reçues. Mais mon constat final est que, peu importe mon ressenti et mes théories ! C’est un très bon album, qui aura mis vingt-deux ans à venir au monde (gestation longue durée bonjour !) mais qui fait une entrée remarquable ! Remarquée, pas suffisamment à mon goût. Cet album mériterait une plus grande vitrine à la hauteur du travail et de la maturité qui ont été mis dedans, et j’espère que j’y contribuerai de façon prépondérante. En tout cas, c’est une très belle découverte pour moi, je ne me lasse pas de l’écouter et j’espère que vous, qui lisez cette chronique, serez convaincus de l’acquérir ! Et je vous salue bien haut, mes voisins vauclusiens !
8/10 – Quantum

METALUNDERGROUND (At.), Webzine, September 2019 :
Die französischen Black Metaller aus Avignon, ARCHENTERUM, wissen um die Extreme im Schwarzwurzel Sound. Seit 1997 sind sie eine sehr langanhaltend agierende Truppe, wenngleich es die Franzosen bis jetzt noch niemals gewagt haben einen Longplayer rauszuwerfen. Mit „ainsi fut Abime“ wurde der Startschuss gelegt. Der Titel, was so viel wie, „also wurde es beschädigt“ heißt, klingt nicht nach diesem. Gott sei Dank, in der Divergenz wissen die Jungs wie man ungehobelten Black Metal produziert. Könnte nun heißen, die Jungs wissen nicht recht was sie wollen. Davon würde ich abraten einen Gedanken zu verschwenden, erfahrungsgemäß haben sich die französischen Blackies ein breites Spektrum zu Eigen gemacht. Die Fusion ist grundlegen rau ausgefallen und die Ablöse sind etliche leicht melodische Ausleger. Das Grundkonzept ist dennoch von brachial-extremem Kopf absäbelnden Soundstrukturen geprägt. Die fassenden, komplexen Strukturen wurden mit willkommen Ausreißern versehen, die steigert das Interesse an dem Machwerk. Die dunkelschwarze, auffällige Poesie steht im Gegensatz zu etlichen Einflüssen aus dem Old School Death Metal Genre, mit denen die Jungs oftmals hinterlistig hervorstechen. Das infernale Blutbad wird einigermaßen gemindert, denn die Drums kommen leider vom Computer und das mindert etwas das Soundkonzept. Es bestätigt sich, eine Metalband, egal welcher Stilrichtung zugehörig braucht einen Schlagwerker. Dieser kann ausnahmslos für mehr Druck sorgen! Fazit: Die französischen Blackies verstehen es wie Abwechslung im Extreme-Black Metal schallen muss. Einzig der Drumcomputer stört am vollendenden Genuss!
3,5/5

NAWAKULTURE (Fr.), Webzine, 6 Septembre 2019 :
On était resté longtemps sans nouvelles d’ARCHENTERUM, la sortie de ce premier album (après plus de vingt ans d’activité !) sonne donc comme une surprise. Le groupe avignonnais n’a pas laissé tombé entre-temps un death metal aux structures complexes et d’une sombreur bienvenue dans un genre qui n’a plus souvent que le nom du metal de la Mort. Ici on navigue vraiment dans une ambiance morbide et guerrière, bien que la poésie et la littérature (William Blake et Lovecraft sont de la partie, mais aussi Franck Thilliez) ne soient pas exemptes de ce carnage que l’on trouve d’emblée largement supérieur au reste de la discographie. ARCHENTERUM certes persiste à utiliser une boîte à rythme (nous avons systématiquement une crise d’allergie juste à la mentionner), il n’en reste pas moins des plus convaincant quand il s’agit d’instaurer une ambiance, de narrer une histoire et de déchaîner les enfers quand le tempo se fait mitraillette et qu’une facette plus black metal vient montrer ses cornes. Cette basse monumentale est particulièrement un putain de plaisir d’écoute, la production en général est d’ailleurs tout à fait adéquate pour un disque de la sorte et c’est une vraie réussite pour qui apprécie son metal fouillé et inspiré, voire bien plus intelligent que la moyenne. Donnez donc une chance à ce disque qui la mérite amplement. A priori, seules 200 copies ont été pressées, à votre tour de l’être donc, pressé, car il n’y en aura heavy-demment pas pour tout le monde.
4/5 – Guillaume Ged Dumazer

STRANGER AEONS (NL.), Webzine September 6th 2019 :
And maybe this switch is slightly too absurd, but I jump into the technical sound of Archenterum. A black metal act from Avignon. Or death metal. You can pick which you find most fitting, but I hear the cold industrial sounds of Woest in this band. Yet, Archeterum likes to stick to a steady pace, a bone dry rhythm without much deviation and fierce intensity that never really relents. There’s, at times, a little ritualistic aspect to the thundering riffage, which I do enjoy. For example, ‘No Light’. A catchy song in my book. What this record does most of the time though is blast you with repetition. It overwhelmingly drags you along in its surging sound full of foreboding tones. Noteworthy in that, and its somber melodies is ‘Vortex of Death’, which is a high-paced slide into the abyss, where disparaging synth sounds bewilder the listener even further. Archeterum is an entity of its own, creating a claustrophobic unnerving sound. It’s highly recommended.
Guido

HARD FORCE (Fr.), rubrique Labels et les bêtes #25, 7 Août 2019 :
Les vauclusiens d’ARCHENTERUM n’en sont pas à leur coup d’essai puisqu’ils ont déjà 4 démos, 1 split, 1 EP et 1 album live à leur actif. “…Ainsi Fut Abîme” marque cependant un tournant dans leur carrière ; en effet, il s’agit de leur premier album et de plus, signé sur le label Facthedral’s Hall. ARCHENTERUM évolue dans un blackened death varié, carré, sombre voire occulte. Chaque morceau propose une intensité particulière, des passages les plus blastés aux atmosphères les plus lourdes. Les growls, qu’ils soient en français ou en anglais sont d’une puissance incroyable. Et ce qui fait l’une des particularités ou groupe, c’est la batterie électronique qui ne laisse aucune place à l’approximation. Ça tombe bien : les 10 morceaux de cet album sont le reflet de la personnalité tranchée de chacun des membres d’ARCHENTERUM. Et ce qui ne gâche rien, en plus d’être un très bon groupe sur album, le trio possède un visuel très fort, ce qui en fait d’excellents showmen. A découvrir de toute urgence ! (Aude)

FLIGHT OF PEGASUS (Gr.) Radio show & webzine, July 2019 :
Μετά από δεκαοκτώ χρόνια δράσης και πολλά demo, οι τρεις μουσικοί από την Αβινιόν παρουσιάζουν το πρώτο τους άλμπουμ και δεν υπάρχει λόγος να τους κατηγορήσετε ως αναβλητικούς. Παράγουν ένα είδος death με black εξάρσεις, στιχουργούν στην αγγλική, απηχούν πολλές παλιότερες απόψεις της υπόγειας σκηνής. Θα έλεγε κανείς ότι ηθελημένα αφήνουν κάποια πράγματα σε μία πρωτόλεια μορφή, ενώ θα μπορούσαν να κερδίσουν πόντους από μια περεταίρω κατεργασία. Με χαρακτηριστική την πειθαρχία κάθε κακόβουλου, με την παραστατικότητα κάθε κρυφής δράσης, μπορεί να τους αναγνωριστεί ένα προσωπικό ύφος, πράγμα σαφώς ενδιαφέρον. Συντονισμένοι στις προθέσεις τους, δεν τους λείπουν οι ιδέες, το υλικό τους κρίνεται θετικά, γιατί ηχεί αντιπροσωπευτικό αυτών. Αν κινείστε στους ανάλογους χώρους, θα εκτιμήστε την αυτόνομη κίνηση των συγκεκριμένων γάλλων κυρίων, τη συνέπεια προς τα παλιά ατμοσφαιρικά κριτήριά τους, την εύστοχη και παράτολμη άρνησή τους να διεκδικήσουν τις εντυπώσεις, επιμένοντας στην ουσία των πραγμάτων.

LE SCRIBE DU ROCK (Fr.) Webzine, “Les Crocs du Scribe N°21”, 10 Mai 2019 :
Les Avignonnais d’Archenterum nous font ici l’offrande de leur premier album, sur l’excellent label Facthedral’s Hall, dont vous avez déjà entendu parler si vous êtes familiers de mon blog. Au menu, un Death Metal très lourd et occulte, à la fois puissant et mélodique, renforcé et noirci par une influence Black Metal très présente. Le groupe est doté d’une forte personnalité, ce qui fait tout le sel de cet album. Ainsi d’un titre comme “No Light”, qui n’aurait pas dépareillé dans la discographie de Celtic Frost, avec son côté baroque et Post-Punk. Tout au long des dix titres de l’album on va ainsi voyager entre Death rapide et puissant (“point of no return”) et titres d’une grande originalité, à la limite de l’inclassable (le black/doom de “fury of gods”, constellé de passages death poisseux ; le très dissonant “Vortex of Death” qui nous plonge dans une atmosphère oppressante ; “The Outsider”, digne du Morbid Angel le plus expérimental, avec ces sonorités industrielles et caverneuses). Pour peu que l’on soit suffisamment ouvert et curieux, on va découvrir de nombreuses choses au fil des écoutes de ce disque, comme des influences industrielles et électroniques, ou même rock, qui témoignent d’une vraie culture musicale, et donnent à Archenterum ce petit plus qui fait les grands : une âme ! Un groupe a suivre de trés prés, et un album à acquérir tout de suite en version CD, car l’objet est fort beau, mais en plus le mix de Skrow est absolument splendide !
9/10 – Pierre Avril

METALLIAN (Fr.), Magazine #113, Mai 2019.
C’est avec des riffs lourds et d’une grande puissance que s’ouvre ce premier album studio d’Archenterum. Dans la lignée d’un Zyklon ou d’un Morbid Angel des grands jours, le groupe sait se la jouer plus épique au travers de passages inspirés par Emperor. Archenterum sait faire parler sa gtrande expérience, pour un résultat d’une efficacité redoutable où la batterie programmée rajoute une froideur martiale bienvenue.
4,5/5 – Laurent Lignon

Posted on

Silent Tower

REQUIEM (Be.), webzine, 18 décembre 2018 : Enregistrés en 2011, 2012 et 2013, les sept titres qui composent cette démo ont tout d’abord vu le jour sous forme digitale en 2016, avant de bénéficier, en 2017, d’une réalisation physique sous forme de K7 audio, le tout à l’initiative de Facthedral’s Hall, le label des musiques improbables. Il s’agit du projet solo pour le moins atypique de Skrow, membre fondateur du groupe de Thrash/Black Metal marseillais IMPERIAL. Mais, disons-le d’entrée de jeu, les fans non avertis du combo phocéen risquent d’en être pour leurs frais, puisque la musique proposée ici est en fait sans rapport direct avec celle qu’il pratique habituellement. SILENT TOWER évolue en effet dans un registre expérimental alliant très efficacement Doom /Dark Metal et industriel, à base de sonorités brutes, de rythmiques tribales, saccadées et répétitives, et dont les compositions exclusivement instrumentales contribuent à accentuer la noirceur glaciale des ambiances ainsi rendues. La basse puissante, les programmations synthétiques et la résonance de l’enregistrement, pourraient faire croire à un enregistrement live, capturé au fin fond de l’obscurité d’une crypte ou d’une cave. Et la dimension à la fois énigmatique et minimaliste de l’oeuvre, sur le plan conceptuel, se voit même soulignée par l’absence de véritables titres, chacun des morceaux s’intitulant juste Silent Tower, ainsi décliné et numéroté on ne peut plus sobrement de 1 à 7… Ce côté brut, répétitif et hypnotique n’est pas sans me rappeler irrésistiblement la bizarrerie quasi-autistique des expérimentations de SCORN, le fameux projet Dub-Doom et Metal-Indus fondé en 1991 par Mick Harris, ancien batteur de NAPALM DEATH, et qui lui-même se caractérisait par ses plages instrumentales. A vrai dire, la comparaison n’est sans doute pas tout à fait fortuite, tant semble flagrante la filiation en termes d’influences… Je ne pense donc probablement pas me tromper en osant faire ce rapprochement. Les amateurs du genre ne doivent donc pas passer à côté de ce premier jet qui, en ce qui me concerne, ne m’aura pas laissé de marbre, tant s’en faut. Mention spéciale aux deux derniers morceaux, Silent Tower 6 et 7, que j’apprécie tout particulièrement. Espérons donc que ce très intéressant projet n’en restera pas là, et qu’il nous gratifiera à l’avenir d’un album longue durée sur support physique, de préférence en CD et/ou vinyl, car il en vaut vraiment la peine. A suivre de près donc, et ce d’autant plus que la démarche de Facthedral’s Hall, petite structure underground qui s’intéresse tout particulièrement à ce qui sort des clous, et qui de surcroit ose prendre des risques en produisant l’inconnu, mérite véritablement qu’on y prête attention et qu’on la soutienne. Hans Cany

Posted on

v/a : “Facthedral’s Hall – 20 Years of Improbable Music”

STRANGER AEONS (NL.), Webzine September 6th 2019 :
This sampler might be a collection of music, but it listens like a mixtape. Opening with the hooky electronics from SomniaK on ‘Tears of Fish’, you instantly get into the groove of the recording. You’re taken on a journey of samples, tribal beats, crackling electronics and unholy ambient with Sizzle, Pi Cab Alter and Anti. From heartbeat throbbing baselines to wonky, warbled effects with some dungeon synthy explorations in between, the music is highly engaging. Particularly I enjoy the industrial soundscapes of Minitel, though the strange, doomy synths of deathrow77 stick in your ear for a while too I must say. But then again, Silent Tower will pound it out of you with their harsh electronics. Strange closer though, by Death Power, who deliver some miaowing followed by some raw as fuck thrash metal. I mean, everything is just pure fury. It would appear that this is contrasting with the electronics-heavy music mostly released by Facthedral’s Hall, yet it is not so. The label focuses on a certain vibe, a feeling, that is hard to really put your finger on. They do it quite well.
Guido

NAWAKULTURE (Fr.), Webzine, 05 Mai 2019 :
Jamais on n’aurait pu trouver un titre plus adéquat pour cet excellent recueil de seize titres regroupant des formations aussi éclectiques et aventureuses, souvent dans le domaine de la musique électronique et assimilés. Cette compilation – 500 copies – est en fait un amuse-bouche (un amuse-oreille plutôt quand on y pense) car elle est en fait offerte avec chaque commande faite par le biais du label, allez donc faire un tour sur le site de celui-ci qui regorge d’artistes underground courant du domaine de la pop jusqu’à la plus extrême frange du metal en passant par l’industriel et l’ambient. Une structure qui mérite tout votre soutien pour son courage depuis toutes ces années et un sérieux à toute épreuve, rendez-vous avec un vrai passionné à http://www.facthedral.com/, ça vous changera des wannabe-supermarchés, virtuels ou pas, qui bourgeonnent sans cesse partout.

VITAL WEEKLY (NZ.), webzine & podcast #1149, 2018 week 38 :
(…) we received a free compilation CD – released back in 2017 mind you – with a selection of artists that have released work on Facthedral’s Hall during its 20 year existence. The label seems to dabble in experimental electronic music and industrial mostly, but let’s take a closer look. Despite the vast sonic differences between the Facthedral acts, the track listing is in chronological order so we begin in the late 90s with Somniak’s demo-sceneish drum’n’bass that has the unavoidable amen flying around the room. A recognisable feature that is however drowned out by the lushy synth layers that are stacked on top. Via the outlandish sample-laden triphop of Sizzle and a slightly more experimental, but again lush track by Somniak, we land within the thick saturated dark ambient sounds of Pi Cab Alter. Even though this isn’t anything special nowadays, for a indie scene release from 2003 this sounds quite interesting. Anti is up next who does that thing that Talvin Singh did at some point with tabla and drum’n’bass. It’s sports the same kind of lushness as the work of Somniak, so I wouldn’t be surprised if it is a different moniker for the same artist. The following track by Sacrifice seems to consist of two elements: distorted guitar/synth (for the life of me, I can’t tell – my guess is that whatever it is, it gets pulled through one of those eardrum-ripping Boss MT2’s) and a wonky gabber kick drum. While I was involved in a project similar to this at the time, now in 2018 this kind of stuff just really gets on me tits. Deary me. So fast-forward to Chalung Gra, who present us with an ambient track of the “Celer” variety, that evolves slowly through its own undulation – outstanding! Atrabilis Sunrise jumps from what seems the one heavily treated sample to the other in an “Oval” kind of way. But then again, not like Oval at all, as it slowly ends up getting a bit more industrial after a while and then starts jumping frantically again – which is when i lose interest. Up next is Deadrow77; we hear an electronic piano loop that evolves into something more dissonant, has some sudden washes of noise cleaning the place up and then continues to develop a similar loop. This may have been interesting in 2004, or at least extremely hard to classify, but now.. I don’t know. Then we have another Sizzle track, which seems more IDM-oriented this time – the kind of stuff that Warp was all about in the late 90s. Not bad. And another Deadrow77 track but one from unholy 2015. It is again, ‘weird’, but less loopy than the other one. It could definitely serve as a sound track to some kind of game. Still I’m not a gamer, so what do I know. Velvetine ramps up the tempo and it is the first track that features actual singing. It all sounds like something Blixa could have done, like, I don’t know, with the guitar player of Rammstein or something. Nice production. Minitel gives you 50 shades of Lustmord after that, which is fine, though not very interesting amidst tracks that have so much more going on. Ingodeme is the ‘light’ that gets to contrast with the dark of Minitel and that kind of works now the whole thing has slowed down to a crawl anyway. Silent Tower play old school down-tempo black metal, which is probably a less grotesque addition to this compilation after hearing that demented gabber metal track a couple of minutes back. It’s no Gehenna or Carpathian Forest though and seems to wash over me as it goes. The closer upper by Chalung Gra is a lot darker than their other track with its metallic ringing and menacing tsunami-like flow. Enjoyed that one too though. All in all it’s just a random selection of tracks that don’t really make sense together, except for in the context of the label’s history. Good on Facthedral’s Hall for keeping its head above water for such a long time. Perhaps this is fun to look into if you’re into indie electronic label stuff or a fan of “improbable” music.

Posted on

Markab Project “Music for Chaomantic Meditation”

ABUS DANGEUREUX (Fr.), Magazine #149, 1er trimestre 2019 + NAWAKULTURE (Fr.), Webzine, 19 Novembre 2019 :
Issu du mystérieux groupe français d’avant-garde black metal ARYOS, le maître d’œuvre de ce projet expérimental a créé un enchevêtrement sonore mêlant électronique, noise et ambient avec pour toile de fond la magie du Chaos. Cette sixième sortie s’apparente comme les autres à une vraie bande originale de rituel obscur, passant allègrement du spectral au martial sans quitter le territoire du bizarre. L’emballage n’est pas courant, la couverture soignée et suggestive, le tirage limité et numéroté à une poignée de dizaines de copies, adeptes de l’étrange, osez le pas. En commençant par fureter sur Bandcamp par exemple ?
4/5 – Guillaume Ged Dumazer

REQUIEM (Fr.), Webzine, 31 Juillet 2019 :
Projet parallèle -et pour le moins confidentiel- de Napharion, du groupe français de Black Metal avant-gardiste ARYOS, MARKAB PROJECT diffère toutefois radicalement de ce dernier, puisqu’il s’agit ici de Dark Ambient à tendance industrielle, distillant une ambiance particulièrement étrange et dérangeante. Les trois plages constituant cet EP d’une vingtaine de minutes entièrement instrumentales, se singularisent en effet par leur structure dépouillée et minimaliste, mais aussi et surtout par leurs sonorités glaciales, hypnotiques et répétitives. Des atmosphères oppressantes, à la fois éthérées et sourdement menaçantes, ne font qu’en renforcer le caractère profondément anxiogène, sur un fond intermittent de percussions tribales qui confère à l’ensemble un feeling irréel. Quatrième EP du projet, Music for Chaomantic Meditation porte fort bien son titre. L’auditeur se voit ici plongé dans un univers bruitiste inquiétant, profondément autistique, et dont la dimension sombrement onirique a quelque chose de lugubre et d’éminemment cauchemardesque. C’est la bande-son d’une expérience rituelle visant à instaurer un état psychique particulier, oscillant entre le contemplatif et le méditatif, en vue de franchir les portes d’un autre monde… On est littéralement immergé dans l’occulte et le mysticisme, et même, je ne puis éviter d’y songer, dans les ténébreux arcanes de la transe chamanique. Vous l’aurez compris à la lecture de ces quelques lignes, les sons de MARKAB PROJECT n’ont rien d’une musique festive et conviviale destinée à égayer les soirées entre potes. Ils ne sont du reste absolument pas conçus d’un point de vue musical conventionnel, et n’ont pas pour vocation de devenir un produit de grande consommation. Ce n’est d’ailleurs sans doute pas seulement par manque de moyens que le pressage de ce CD-R Pro se voit limité à seulement cinquante exemplaires numérotés manuellement, mais aussi parce qu’il ne s’adresse qu’à un public restreint, à de rares personnes spirituellement éveillées qui l’écouteront et le réécouteront de manière solitaire, pour mieux en percevoir tous les effets. Car en la matière, l’essai s’avère particulièrement concluant. A découvrir, si ce style et ce genre de performances pour le moins atypiques vous interpellent.
7/10 – Hans Cany

LA HORDE NOIRE (Fr.), Webzine, février 2019 :
Quand il n’exalte pas les ténèbres licencieuses avec Aryos, Napharion Zviadadze enfile son costume de chamane avec Markab Project, son jardin secret et solitaire dont il bine la terre ambient et rituelle avec une inspiration plus fascinante encore. Edité en CD-r limité à cinquante exemplaires par Facthedral’s Hall, Music For Chaomantic Meditation est sa sixième création sous cette intrigante bannière. Petit autel long d’une vingtaine de minutes peut-être, l’offrande n’en demeure pas moins précieuse, suintant une atmosphère mystérieuse et cabalistique. Une étrangeté à la fois menaçante et limpide l’enrobe toute entière et ce, dès le premier contact qu’elle offre au pèlerin qui vient croiser de son regard, le chemin de cette femme à la nudité troublante et charnelle dont le visage et une partie du corps sont cachés par un voile transparent comme un suaire, laissant poindre un sein généreux au mamelon appétissant et une main déformée. Dressée au centre de son superbe visuel telle la gardienne d’une porte invisible, cette créature semble vouloir nous inviter à la suivre à travers une fente boisée et fantasmagorique. En trois pistes différentes et néanmoins complémentaires, Napharion esquisse un univers sonore hypnotique et obscur tout ensemble. Hanté par un souffle désincarné, Azazel Connexion Part 1 (version 1.2) est la première d’entre elles, tunnel immense et caverneux à l’intérieur duquel résonne un pouls tribal. Spectral et corrodé par une lèpre polluée, il est le théâtre d’une cérémonie méditative aux allures de sabbat tellurique dont on suit le déroulement à la manière de voyeurs tapis dans l’ombre. Lui succède Les trois voies. La tension, sourde et rongée par un râle vénéneux, monte d’un cran, ouvrant les vannes d’une puissance souterraine en une élévation aussi envoûtante que mortifère. L’homme y libère une myriade de sons entre ambient ethnique et noise chamanique. Changement de couleur à nouveau avec le terminal Sigi Tolo Po Tolo Emme Ya Tolo, incantation pulsative qui répand tel un ressac obsédant une sombre et enveloppante beauté. Percussif, le tempo s’emballe, la terre vibre d’une force sourde créant un envoûtement empoisonné. Écartelée entre noirceur chaotique et contemplation, cette offrande est comme une bande-son qui confine à la transe.
Childeric Thor – 7.5/10

VITAL WEEKLY (NZ.), webzine & podcast #1149, 2018 week 38 :
Napharion Zviadadze, the person behind Markab Project, comes from the world of French black metal. Not the Légions Noires stuff as far as I know – in case you were wondering; neither Aryos nor Forlorn (777) ring any bells, but that doesn’t really mean anything any more these days. Moreover, these bands seem very much magick-oriented, which is kind of an exotic theme in BM I guess. According to the biography were dealing with an experimental sonic witchcraft project that combines noise with electronic tribal sounds and ritual ambient. To me the latter two seem to be largely the same thing, still if anything, at least it is a consistent description. ‘Azazel Connexion part 1’ (and there’s only a part one on this EP) instantly kick off with a severely saturated digital drum loop. The low end is very muddled and shaky which makes it a bit of a challenge to sit through. Like with most ritual music, the music is repetitive. With this track however, you seem to get the same kind of global structuring over and over, albeit with slight modifications. This means you basically get a couple of bars of drum loop, some variations, then a drone in which the percussion bells ring on for a bit and then the thing starts over again. The reason of this may have something to do with the esoteric back story of the release, but since this is not explained in any kind of way, it leaves me just with the option of judging the work by its sonic aesthetics. ‘Les Trois Voies’ begins with a noisy loop that seems to consist of distorted hoover synths with an obscure percussion hit somewhere in the background. The level of the drone drops suddenly after a while and a harsh BDN percussion loop fades in and out, which may trick you into believing that the song is at an end, only for the synth loop to suddenly pop back onto the radar. Just like with the first track this process repeats itself a couple of times. The thing is that the sounds themselves are quite good, but the jarring dynamic hole that opens up after each synth and drum loop salvo doesn’t really do it for me. Again the esoteric background makes me believe this work isn’t as random as it comes across now, but this is far from obvious to the layman listener. The third track starts off sounding a bit like an up-tempo Arcana, but within a minute slows down to a more agreeable pace, before it speeds up again slightly. There’s a melodic element portrayed by a somewhat hidden sampled string instrument, next to a persistently swelling granular synth pad. Halfway through the music speeds up again embellished with with additional percussion to then suddenly die off, upon which the synth pad sound becomes a lot louder. This last quirk seems to be the result of extreme maximising during the mastering process, which becomes more evident when a layer of low-end sound is introduced and the level of the drone goes down again. If this treatment is intentional, that is all fine of course, but in my book that just sounds like bad mastering. At this point I am mostly confused about whether this is a project that would like to sound like, let’s say, Arcana or Wadruna, but fails to do so, or that the underlying esoteric elements steer the music into such a direction that comprehension of it becomes impossible for those who have not been initiated – or that the aesthetic merit of the music as such is not of any consequence for the project’s obscured intentions. The title of the EP seems to suggest as much, but then why send it to a couple of n00bs like us, i wonder. Anyway, if you’re up for something different: the EP comes in a nicely designed sleeve with some sexy witchy pics – which is always good of course – and is distributed by Facthedrall’s Hall (…).

Posted on

Death Power “Vivisection – demos 1987”

DETOX ZINE (Po.) Fanzine #8 July 2020 :
Another long forgotten corpse has been exhumed in the form of a re-release of his first two demos “Speed Thrash Core Machine” and “Keep Fit, Fuck More”. DEATH POWER is a French Speed/Thrash band, which was active between 1986 and 1991, including the late Stéphane Guégan, who recorded his second and third album with AGRESSOR. In DEATH POWER music, apart from the above-mentioned Speed and Thrash Metal, one can hear a lot of Punk or Core, which can be really fucking popular in some places, and which in the second half of the 80s was really good thanks to bands like WEHRMACHT. The tracks are quite long, sometimes too long and while I really like the music of the French in the fast tempo thanks to its awesome energy, it can get really tired in slower parts. Very simple, sometimes even naïve music, but on the other hand thanks to such songs as “Death Power”, ” Pharaon”, “The Bogeyman”, “Vivisection” or “Hard Core Copulation”. (reminiscent of our SLASHING DEATH), a man until something inside is squeezing, memories come, longing, for the past timelessness. These recordings, although they sound shitty, and the music itself is not one of the most outstanding, have all the features that most mature bands and musicians lack. This music is painfully honest, full of joy, positive energy and enthusiasm, and that’s what it’s all about, for fuck’s sake, in order to enjoy the music played, not to be tied up and tired.As a curiosity I will add that on the second demo placed here, a few solos were played by Alex Colin-Tocquaine from AGRESSOR. The album contains over an hour of interesting, sometimes even awesome music, which should appeal not only to old maniacs longing for youth or musical archaeologists.
Pawel

FLIGHT OF PEGASUS (Gr.), Radio show & webzine July 2019 :
Η παρουσιαζόμενη συλλογή περιλαμβάνει τα demo “Speed Thrash Core Machine” και “Keep Fit, Fuck More…” που κυκλοφόρησε το νεανικό εκείνη τη χρονιά συγκρότημα και πλέον ενδιαφέρουν τους ιστοριοδίφες της γαλλικής σκηνής και όσους μελετούν τη διάχυση του ακραίου ήχου στην Ευρώπη. Το σχήμα βρέθηκε στις ίδιες σκηνές με δυνατά διεθνή ονόματα (Watchtower, Carcass, Coroner, Paradise Lost, Atrocity, Tankard, Merciless, Samael, Alastis), με διακεκριμένους συμπατριώτες του (Treponem Pal, Loudblast, Agressor) και βεβαίως με πολλούς άλλους δραστήριους τοπικούς ήρωες (π.χ. Excruciation, Shud). Σήμερα η ποιότητα των συγκεκριμένων ηχογραφήσεων μπορεί εύκολα να παρεξηγηθεί από οποιονδήποτε νεότερο, αποτελεί όμως δείγμα εποχής· έτσι είχαν τότε τα πράγματα και έτσι διακινήθηκε ο χειρόγραφος ενθουσιασμός. Αν μπορείτε να εκτιμήσετε την δράση της ομάδας, τότε ξέρετε ότι τα μέλη της είχαν την τύχη να βιώσουν μια νεότητα γεμάτη ωραίες στιγμές. Όποια κι αν ήταν η αξία τους, έκαναν το κομμάτι τους.

ZWARE METALEN (Be.) Webzine, July 13th 2018 :
Een puntig logo, zwart wit hoesje en een fotocollage op de binnenkant. Het kan niet anders of we hebben hier te maken met den band uit de jaren ’80. Voor de jongeren onder ons: Sinterklaas had toen nog een stoppelbaard, het ijzeren gordijn bestond nog en Metallica maakte nog gewoon thrash. Uit die tijd stammen dus de demo’s van het Franse Death Power. Op dit verzamelwerkje vinden we de eerste twee demo’s die de band uitbracht (Speed Thrash Core Machine en Keep Fit, Fuck More…) Aan het geluid is niet gesleuteld en dat zorgt ervoor dat de cassettekwaliteit bewaard is gebleven. Vooral de vocalen hebben last van de slechte kwaliteit en dat wordt direct duidelijk in het instrumentale Pharaon. Wie zich niet laat hinderen door het slechte geluid hoort een band die barst van het jeugdig enthousiasme, wat het gebrek aan schrijverstalent en instrumentbeheersing ruimschoots goedmaakt. Op 23 juni van dit jaar stierf Géugan aan de gevolgen van longkanker en leverfalen. Ik weet niet of deze release al gepland was, maar en mooi eerbetoon is het wel. Franse thrash is nooit groot geworden. Death Power is het ook nooit gelukt de eigen scene naar een hoger niveau te tillen, maar dankzij deze release kan er alsnog kennis mee worden gemaakt.
Vidar

NAWAKULTURE Webzine (Fr.), October 5th 2017 :
Argh, death-y-dément, c’est sûr, les mémoires se réveillent, le speedeathrash français intéresse finalement des gens vu le nombre d’exhumations constatées depuis quelques années, par exemple chez Armée de la Mort ou Triumph ov Death et l’engouement qu’elles ont suscité. Ce qui est positif, c’est qu’on ne se contente plus par le biais de telles sorties d’ouvrir les tombes et de les piller comme on avait pu le voir précédemment, on les fleurit de respect et de passion. Témoin cette chouette rondelle compilant (en 66 minutes, ça ne s’invente pas) les deux cassettes enregistrées en 1987 par DEATH POWER, Speed Thrash Core Machine et Keep Fit, Fuck More… remasterisées par Marc Reina (hail IMPERIAL !) qui s’est aussi chargé de la mise en page. Et Lucifer sait que c’est une bonne idée de (re)mettre une oreille sur ce matériel furibard qui montre un groupe qui ne crachait pas sur le fun (quand on réfléchit aux thématiques évoquées, Shaggy dog story ne serait-il pas digne d’un ASSHOLE ?) mais avait dans le même temps travaillé sérieusement pour livrer des compositions entre punky thrash agressif et heavy / speed metal, on note au passage la présence d’Alex de chez AGRESSOR qui vient balancer quelques soli dont il a le secret. On peut compter sur un son garanti cru pour corser un cocktail déjà méchamment explosif et, pour compléter l’hommage, sur un livret renfermant tout un tas d’illustrations d’époque (jaquettes des cassettes, photos glorieuses…). Trente ans après, tout ceci sonne toujours aussi bourrinas, et on imagine que les 600 copies pressées vont se vendre comme des petits pains dans la gueule. N. B. : l’infâme tyran de la Nawakulture conchiant à chaque fois qu’il le peut chasse, corrida et expérimentation animale, est ravi de voir que DEATH POWER ne plaisante toujours pas avec le (dernier) sujet, soutient le CCE²A et invite les auditeurs à ne pas choisir de produits testés sur des animaux. On se joint bien évidemment à eux.
4/5 – Guilhaume Ged-Dumazer

VOICES FROM THE DARKSIDE (Ge.), September 29th 2017 :
To be honest I had higher expectations on this release, because the only album recorded by these French Thrashers in 1990 (“The Bogeyman” – Virulence Records) was amazing. And after checking its amazing re-release (“The Bogeyman Returns” – Triumph Ov Death Records, 2016), I was expecting nothing but another great compilation CD. But I’m a bit disappointed, because this CD only compiles the first two rehearsal demos and its sound isn’t the best. I can understand it, because it’s conformed by the oldest recordings of the band, in the form of the “Speed-Thrash-Core-Machine” demo (rehearsal) and the “Keep Fit, Fuck More…“ demo, both recorded and released in 1987, where we can listen to primeval versions of such classics as ‘Vivisection’, ‘Wendigo’, ‘The Bogeyman’ and ‘Satan Litanies’ etc. The first demo sometimes sounds similar to the first HELLHAMMER demo, but not as good as the Swizz gods, mixed with some touches of (early) SLAYER, SODOM, DESTRUCTION and BATHORY. Then the second demo shows us an “evolution” in the band’s sound and an improvement in the production towards their personal Death / Thrash core exhibition highly praised on posterior releases. But don’t misunderstand me, the songs are catchy, intense, good riffing, but the production plays against this release. In my personal opinion, it would have been more interesting if the label would has considered to include the “Deathpower” EP from 1989. But after listening to it a couple of times more, I ended accepting its rawness. Anyway, I know a lot of you would love it, then hurry up, because it’s very limited.
Rodrigo Jiménez

METALLIAN (Fr.) Magazine N°104, Novembre/Décembre 2017 :
Dans les années 80’s, le thrash se conjugait en province, comme en témoigne cette réédition des deux démos de 1987 de la légende avignonnaise du thrash. Au programme: de la vitesse, de la violence, un son bien sale et soixante six minutes de doigt d’honneur au bon goût. Un rajout indispensable à la récente compilation The Bogeyman Returns sortie chez Triumph Ov Death Records.
5/6 – Laurent Lignon

BEHIND THE SCENE (Fr.) Webzine, 20 Décembre 2017 :
Qui aurait crû reparler de Death Power un beau jour pour une chronique sur le net en 2017 ? Grande question ! Car en ces temps actuels, la technologie est vraiment top, on peut enregistrer un album/EP chez soi, à la maison. Il suffit d’avoir un PC, un logiciel, une bonne carte son et tous les p’tits gadgets à côté pour peaufiner le travail. Tout en rendant le produit vraiment soigné, propre… et pro. Cependant, remontez vingt ans en arrière… la star des « home-studio » de l’époque s’appelait Magnéto 4 Pistes à Cassettes, et encore… pour les plus fortunés ! Forcément le rendu sonore semblait bon, en revanche pour notre époque, ça s’apparente à une bouillie indigeste selon les démos. Car de démos et de maquettes, il en est cas ici avec un album bien curieux qui regroupe les deux EP «Speed Thrash Core Machine» et «Keep Fit, Fuck More» de 1987 devenus cultes pour ce groupe originaire de la ville d’Orange. Death Power : la puissance de la mort, la mort puissante, puissante mort, ou encore un jeu de mot qui sonnait bien Metal à la création du groupe ? Peut-être, peut-être pas, on peut même s’en ficher royalement maintenant ! Nos secoués de la pulpe n’ont à leur actif qu’un seul et unique album, « The Bogeyman », qui date initialement de Septembre 1990, mais qui fit quand même parler de lui. Il permit tout de même au groupe de tourner avec Tankard, Coroner, Paradise Lost, et aussi avec « l’underground » Français des 90’s, Agressor, Loudblast, Nomed. Alors, certains vont peut-être se demander quel est l’intérêt de sortir « Vivisection » en 2017, de dépoussiérer de vieilles démos maison, de redonner vie à un humour plus que limite, ou encore d’inclure dans le livret les pochettes photocopiées des EP, des photos usées, des dessins franchement dégueu ? Enfin tout ça quoi !!! Eh bien le truc, c’est qu’il n’y a peut-être aucun intérêt, car je ne pense pas qu’avec cette réédition, les membres du label vont surpasser les ventes des GNR et Maiden. En revanche, il aide à faire revivre ces prémisses du Thrash Death Made In France, et ainsi permettre aux collectionneurs de compléter leur série de démos de l’époque devenues complètement introuvables depuis belle lurette… Ce qu’il faut aussi se remémorer, c’est qu’avec pas grand-chose, certaines de ces formations ont réussies à percer, se faire un nom, perdurer, juste avec des bouts de ficelle et du carton. Mais il fallait vraiment y croire et retrousser ses manches pour exister… ou bien être totalement inconscient, à vous de voir avec le recul ! Tant que vous y êtes, chercher dans vos archives si vous n’avez pas les premiers Catacomb, Droÿs et le célèbre CYTTOYLP de Asshole !!!
Guillaume Gautier-Boutoille

Posted on

Chalung-Gra “Mostaferi”

STRANGER AEONS (NL.), Webzine September 6th 2019 :
The term deep industrial ambient may not immediately summon a clear sound to mind, but it does actually deliver quite some upheaval. I can’t help it, but to me, it’s like I hear the roaring dinosaur toys of my childhood as nightmarish screams throughout the soundscape ‘Somes Pieces for Destruction’. This may sound funny, but actually provides a sound that is frighteningly apocalyptic. Distant thunder, collapsing buildings, these are the end-times. Is Chalung-Gra providing a wildly dystopian soundtrack? I think so indeed, but it is wholly captivating and deeply immersive. The dark drones on ‘Trminal’ make it seem like there’s nothing left on this planet and after some time I have to retreat, just to recuperate for a while after this excellent record.
Guido

NAWAKULTURE (Fr.), webzine 26 Décembre 2017 :
Il aura fallu treize piges à CHALUNG-GRA pour concocter cette seconde œuvre oscillant, dans l’obscurité d’un voyage dans les abysses, entre noise, drone, ambient et indus. Quatre compositions – pour une durée totale de quasiment cinquante minutes – occupent le disque : Some pieces for destruction (qui évoquerait pour notre cerveau malade un navire touché par une torpille qui se démantibulerait lentement sur le chemin d’un sol dur où les différents éléments s’empileraient lentement avec un bruit sourd, faisant fuir sur leur passage désespéré d’étranges créatures des profondeurs…), Heavy emptiness (un titre plutôt adéquat pour une composition au filigrane de meuleuse parfois plus abrasif – sidérurgique ? – , qui s’insinue profond façon brise-glace quand on a la bonne idée de se passer ça à fort volume), Embedded symmetry (un vent glacé et violent balaie une plaine désertique où rouillent pour l’éternité de grandes installations métalliques, vacances sur les rives du lac Baïkal ?) et Trminal (la fin, oui, bien sûr inexorable, sinueuse et lente, pas de tunnel vers la lumière dans ce train-là mais un aller simple pour le vide absolu). Vous l’aurez compris, CHALUNG-GRA se caractérise par une musique / bande-son extrêmement cinématographique, sombre et addictive, que les amateurs du genre devraient tenter de découvrir afin de se faire leurs propres images cérébrales. Digipak limité à 300 copies, y en aura vraiment pas pour tout le monde !
4/5 – Ged

TQ ZINE (Uk.), fanzine #4 October 2017 :
Marc Reina aka Le K released ‘Mostaferi’ 13 years after his previous drone work ‘Kalonga Incantations’ (also on Facthedral’s Hall), and for this genre’s output he takes the name, Chalung-Gra. My first listen was in the car, and it just didn’t grab me. My second listen was through the TQHQ hi-fi system with well positioned floor speakers, and the improvement was immense, just like the sound produced by this one-man dark, industrial sound merchant. Inspired by the industrial environment of his home town of Martigues in the South of France, Chalung-Gra creates deep, dark, industrial, claustrophobic drone works*, and on this beast of an album there are 4 pieces, all created by computer. No overdubs. It’s hardly a toe tapper of an album, (if that’s what you are looking for, then you picked up the wrong zine), but as far as dark ambient goes, it doesn’t get better than this. It’s difficult to review an album of this nature as what’s been created are sounds that almost defy description. It’s like trying to describe a wonderous taste in mere words, or trying to capture an amazing moment on camera. It just doesn’t work, or at least it falls a long way short of the actual experience. So, you may be familiar with this sort of sound*, and if you are then you need to decide whether there is a Chanung-Gra sized empty space in your collection. If you are unfamiliar with these sort of dark foreboding soundscapes, yet want to investigate further, then I strongly suggest you get this album, but please don’t listen in a confined space on poor quality gear, give it a chance to enrapture, and wrap ya. Turn up those dials. Turn down those lights.

MITHRA! TEMPLEZINE (Fr.), webzine August 27th 2017 :
Chalung-Gra propose des paysages sonores qu’on aura du mal à catégoriser, tout comme le label en question Facthedral’s hall tout aussi difficilement classifiable et qui officie dans l’underground disons (post) industriel et electro avec un sens profond de l’éclectisme – en effet, ce label lorgne même du côté du metal extrême – depuis déjà une bonne paire d’années. Chalung-Gra est un projet puissant dans la famille des musiques industrielles et ambientes dominées par des sonorités lourdes, oppressantes et délicieusement sombres. Ce projet compte très peu de productions à son actif : un premier album, Kalonga Incantations, paru en 2004 toujours chez Facthedral’s hall et celui qui fait l’objet de cette chronique. Musicalement, on se retrouve dans des univers maussades, fantomatiques mais aussi cinématiques annonçant la fin d’un règne ou l’avènement d’un autre : celui d’une société post-moderne ; elle-même déjà en décomposition, déjà disloquée, déjà aux abois, elle agonise lentement dans le silence et l’indifférence. Celle-ci pourrait être la nôtre. La mécanique de Mostaferi prend forme autour de bourdons, de parasitages en tout genre, de traitements à partir de field recordings, le tout nous offrant une trame touffue, brute, onirique et cérébrale. Du pur nihilisme musical, mais toutefois accessible grâce à une orientation ambiente qui vient calmer le jeu et nous resituer dans des climats quasi atmosphériques bien que lugubres. Les pistes s’enchaînent et poursuivent sans interruption cette traversée malsaine dans le dédale d’une environnement industriel imaginaire, et pourtant porteur d’une sensation familière, celle du vide poisseux qui nous colle à la peau dans les mégalopoles devennues folles. En bref, ce nouvel album de Chalung-Gra est une excursion planante, glauque et prenante vivement conseillée aux amateurs des premiers opus de Nocturnal Emissions, Sigilium S, Die Sonne Satan, Contrastate et Maurizio Bianchi.

VITAL WEEKLY (Nl.) #1095, 2017 week 35 :
Some thirteen years ago Chalung-Gra released ‘Kalonga Incantations’ and now they release their second album.  They, or she, or he, that is, well he, as behind this project is Le K. of whom we learn that his real name is Marc Reina. He was a member of Sizzle (from 1994 to 2012) and since 2013 onwards in Velventine and besides this Chalung-Gra he also has a solo project called Ingodeme. In Chalung-Gra uses ‘cheap instruments and machines’ and records these on a Tascam 4 track cassette recorder, which are then digitally mixed; I was wondering: why not mix them on the machine itself and keep it all lo-fi? A bit further down on the information i read that ‘a computer generates all the composed audio sources, patched to internal & external effects, recorded and assembled on 4 tracks cassette, digitally mixed with no overdubs’, so which is then the cheap instrument? The music certainly would allow a grittier approach to recording and mixing of staying all in the analogue domain. Reina is inspired by his environment of Martigues in the South of France, which apparently in an industrial surrounding. The music is all-dark ambient from an industrial perspective. The nightline of barely lit industrial lot with flickering lights, and decay setting in; objects and machines on their final breath, falling to the floor, crumbling and the process of industrial rot being amplified in the music. These pieces do not necessarily follow compositional lines, but are rather non-linear soundscapes of sounds put together. Like looking at this industrial lot and seeing various events happening at the same time, each with it’s timing and place in the bigger story of it all. Powerful music as such, and perfect as a soundtrack to a home horror movie, taking place in such surroundings. At the same time I must also say that this is not the most unique release in the world as it follows a heavy trail of like-minded dark ambient music going strong for some thirty years. If you want to explore a new name, then lend Chalung-Gra an ear.
Frans de Waard

BAD ALCHEMY (De.) zine #95 :
Ein Wiederhören mit Le K., wieder auf Facthedral’s Hall. Marc Reina, als Skrow thrash- und blackmetalistisch bei Imperial und Silent Tower, als Deathrow77 dub-industrial bei Sizzle (1994-2012), mit electronic Percussion seit 2013 bei Velvetine, als Le K. in Ingodeme, der legt nun als Chalung-gra den Nachfolger zu “Kalonga Incantations” (2004) vor. Als Anregung nannte er damals Bilder von Alain Pelaprat, einem Künstler in Aix-en-Provence, und das Seemonster von Tino Buzzatis phantastischer Erzählung “Il colombre”, das auf französisch “Le K” heißt. 1990 war es schon Protagonist von Un Drame Musical Instantanés bizarrem “Le K” (mit einer fesselnden Performance von Richard Bohringer). Hier nun entwirft Reina eine dröhnende Vision des Industriegebietes um Martigues, einer kleinen Hafenstadt, durchschnitten vom Canal de Caronte, mit einer Fassade als ‘Venedig der Provence’, aber rundum industrialisiert. Mit der dark ambienten Vierfältigkeit ‘Some Pieces 4 Destruction’, ‘Heavy Emptiness’, ‘Embedded Symmetry’ und ‘Trminal’ (sic!) und dem dämmrigen Bronzeton des Coverfotos mit den Schlöten einer Ölraffinerie als Silhouette suggeriert Le K. ein Umschlossensein mit Gedröhn und stampfender Anästhetisierung. Links Mulmen und Dröhnen, rechts Dröhnen und Mulmen, nach Osten, Süden, Westen, Norden kein Entkommen aus einem industrial verstellten Horizont, einem von allen Seiten metallisch anbrandenden und brausenden Ozean. Dem man sich stellen, dem man standhalten muss. Denn der Clou von Buzzatis Fabel besteht darin, dass Stefano Roi den K fürchtet, bis er, alt geworden, der Versuchung des Abgrunds folgt. Und zu spät erkennen muss, dass das Ungeheuer immer nur der Bote seines Glücks war, der ihm zuletzt eine Perle in die Hand spuckt, die sich, als man Stefanos Skelett findet, freilich als Kieselstein erweist. Der K ist ein enorm großer Fisch, schrecklich zu schauen und äußerst selten. Entlang der Meere wird er gleichermaßen kolomber, kahloubrha, KALONGA, kalu, balu, CHALUNG-RA genannt. Die Naturwissenschaftler seltsamerweise, die ignorieren ihn. Einige behaupten sogar, dass er nicht existiert…
RigoBert Dittmann

CHAIN D.L.K. (Us.) webzine, August 31st 2017 :
This French dark ambient industrial project comes courtesy of Le K. (Marc Reina), active since 2005. You might know him from bands he was involved in such as Sizzle, and Velvetine. Well, Chalung-Gra is nothing like them. ‘Mostaferi’ was recorded on a Tascam 4-track cassette machine (remember them? I used one in the ’80s, good for putting down ideas on the fly) but mixed and mastered digitally by SomniaK. ‘Mostaferi’ is deep dark ambient, full of cavernous, subterranean drones in places the light just does not penetrate. Somewhat reminiscent of Lustmord in its density and intensity, these are regions best left to the experienced psychonaut to explore. While there is nothing that particularly distinguishes this sonically in the genre, there is a vastness about it that hides subtle elements that may be overlooked the first time around. Worth a listen for dark ambient fans.
3,5/5 – Steve Mecca

Posted on

Sizzle “LTDA”

The Ceiling (Ca.) website, Winter 2001 :
An interesting and hypnotic mixture of trip-hop, dark noise and melodies, modified bizarre sounds, and danceable beats from the little-known but always interesting French group. Imagine the wayward experimentations of Dome transplanted to the new millennium, and you may get an idea of the directions of this CD.

Metamorphic Journeyman (Bel.) e-mag, June 2002 :
This album is split into two parts (“Le Territoire Des Ames I & II”) comprising five segmented ‘tracks’ on each. However each piece runs into the next, making for a smooth, ever-transforming listening experience. It brings to mind the self-indulgent sprawls of FUTURE SOUND OF LONDON with the tight Dubby in-yer-face-ness of “Evanescence”-period SCORN. There are passages here which bring early NEW ORDER to mind, with simple guitar motifs hung in the air as querying shapes. I feel the album works best when it gets down to warm, dark mood music – certainly the ponderous bass-trawl of the sixth track has a rich depth which sets it ahead of many who have chosen to follow this style – unhurried, yet never too late at introducing new events to the mix; and the gloriously deep, soporific ninth piece, which would might have made an alternative soundtrack to some of the dreamier segues in LYNCH’s “Elephant Man” – particularly while he is still being paraded out at the freak show – a diaphanous dream-haze which seems to stimulate images of musical boxes and calliope, even ‘though they use no such sounds. And lastly the warm blanket of the concluding track which creates a simple spider’s web of guitar while nodding towards the like of late 70’s TANGERINE DREAM.Some parts of this album are self-indulgent ventures into found sounds set over skeletal rhythms – voices both processed and raw, scrapes and others.This is one of those albums which are not so much a collection of songs as a passage through a variety of different soundscapes.

Empty (Fr.) newsletter issue #8, December 2003 :
Quiet & melodic & low end/lofi dub ambient made circa 1999 by a french duo. I only has this record last week and these people live 40 km away from me. And i’ve been in touch with System Corrupt (who live in Australia) for 4 years now. All tracks are mixed into one another and it all sure makes you think of Muslimgauze or Astron or the quietest moments of Techno Animal : you could find worst references. Sad tunes you can whistle, beats you can slowly wave your body to and few vocal samples “comment Ça va ? pas très bien…” : music for grim monday morning breakfasts and it’s raining outside and why should i go to work.